Your browser (Internet Explorer 6) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.
X
Articles

Sony Ericsson et la rédemption digitale

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Tout d’abord un petit « disclaimer », j’ai dans une vie antérieure été amené à conseiller SE , mais ce que je vais dire n’a été ni acheté, ni demandé, ni provoqué par SE. Voila, cela va mieux en le disant !

J’ai pendant très longtemps été un grand fidèle de la marque. De l’intelligence et de l’innovation coulées dans des produits beaux, design, élégants, on ne pouvait pas ne pas adorer. Je dois avoir eu à peu près tout ce que SE a sorti en smartphone depuis le P800…

Puis un jour, SE s’est un peu perdu en route. Ils semblaient avoir oubliés leurs clients au détour d’une feuille Excel.  Je ne listerai pas les problèmes rencontrés et le sentiment d’abandon éprouvé, cela a été longuement évoqué dans les espaces d’échanges et cela appartient à un passé manifestement révolu. Car le Sony Ericsson que j’ai aimé de tout mon petit coeur de geek est bien de retour…

Leurs nouveaux produits sont à nouveau incroyablement élégants. L’Arc est une vraie beauté (m’en fous du double coeur, j’veux du beau), Play va changer la donne du jeu sur mobile. Et ils se soucient à nouveau de leurs anciens clients, ainsi le X10 de ma compagne (et pas que le sien) sera le téléphone le plus ancien du marché à bénéficier d’une mise à jour vers Gingerbread. Et dans la foulée, Sony Ericsson ouvre officiellement les bootloaders de ses nouveaux phones pour que des *die hard flashers* dans mon genre puissent charger sur leurs phones les créations des magiciens de XDA (en perdant tout de même un peu la garantie au passage mais bon, ça fait partie du sport )

Quel autre fabricant de mobiles propose cela ? Ne cherchez pas : aucun. Tous les autres collent fèbrilement des cadenas sur leurs phones, comme si une fois vendus et dans vos poches ils leurs appartenaient encore…

Merci SE d’avoir retrouvé votre âme, cela m’aidera à digérer mon X2 en attendant que je récupère un Arc ou un Pro :)

 

Video

Gare aux Anges ?

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Un déo qui habille le sol des gares d’anges peu vêtus… Le paradis entrouvre sa porte à Victoria Station…

Video

Corning réinvente le verre

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Le futur fait brusquement vraiment envie…

Video

40 000 Logos pour le Media Lab (MIT)

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

La nouvelle identité du Media Lab se décline en 40 000 logo, tous différents, tous pourtant instantanément reconnaissables. Chaque étudiant, prof, membre du MIT aura son « propre » logo sur sa carte tout en faisant partie d’un même tout. Le  MIT est bien la réincarnation « moderne » du Bauhaus .

Date: 2011
Studio: TheGreenEyl
Creative Direction & Design: Richard The, E Roon Kang
Programming & Design: Willy Sengewald
Programming tool: Processing.org

Video Credits:
Music: Mount Kimbie (myspace.com/​mountkimbie)
Footage: Paula Aguilera (MIT Media Lab)
Photos: Andy Ryan, Richard The

Articles

Free et le meurketing client

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Je viens tout juste de passer à Free et à son offre « révolution », je vous épargnerai les multiples galères et bugs rencontrés depuis, très bien définis ici, pour vous parler de mes échanges avec le service abonnés, division réclamation, de Free.

Pour faire très bref, je suis passé de SFR à Free, et Free a oublié de me dire que mon numéro hérité de FT, passé à SFR, puis récupéré par Free, ne serait pas repris comme étant en « liste rouge ». Et bien sûr aucune alerte, avertissement préalable, rien. Au premier appel intempestif du type « Bonjour Monsieur, j’ai trouvé votre numéro dans un annuaire en ligne, laissez-moi vous vendre une gnoufacteuse à roulettes modèle 34532v turbo », j’ai compris que le discours qui m’avait été tenu lors de mon abonnement chez Free « Ne vous inquiètez pas cher futur abonné, la transition sera sans douleur ! » n’était en fait qu’un peu d’enfume.

Ma prise de contact avec le service abonné, division « je réponds au téléphone », a été d’une très grande limpidité « ah non monsieur, d’office quand vous passez chez nous, votre numéro n’est plus en liste rouge, ah non, on ne fait pas attention à ces détails quand on récupère un numéro, ah non c’est à vous de faire cette demande dans notre backoffice, mais comme vous avez été en-dehors de la liste rouge même momentanément, il est très probable que votre nom, adresse et numéro de téléphone soient publiés dans le prochain annuaire papier… ».
Moyennement heureux, j’ai demandé à pouvoir faire une réclamation et là, j’ai découvert le meurketing client Free en action.

Pour pouvoir faire une réclamation, et demander un geste commercial, il faut…. roulement de tambours…. envoyer un courrier papier. Aucune possibilité de le faire en ligne, et encore moins au téléphone. SFR m’a brusquement terriblement manqué.

Tout est expliqué ici.

Mais là où c’est encore plus fort, c’est que non content d’obliger leurs abonnés Internet à utiliser un envoi de courrier par la Poste , histoire de freiner leurs ardeurs réclamatrices, Free répond à ces demandes par… email. Histoire de ne pas s’infliger à eux-même ce qu’ils demandent à leurs client.

Et la réponse à ma demande était négative bien sûr, tout est normal y compris la publication par défaut du numéro de téléphone dans tous les annuaires de la terre (en substance, ce ne sont pas leurs annuaires, ce n’est donc pas leur problème), et pas question d’un geste commercial.

Merci Free, j’ai bien compris le message et je ne l’oublierai pas.

Liens

Rupture amoureuse & réseaux sociaux, la persistance virtuelle

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Un excellent article d’Owni, qui décrit parfaitement la difficulté à rompre quand des dizaines de fils d’ariane virtuels et sociaux continuent à attacher les « ex » entre eux. Il est loin le temps où il suffisait de se mettre en invisible sur MSN et changer de nick sur IRC pour éviter de se croiser au détour d’une chat room…

Articles

Penthouse 3D, la chaine qui met les formes

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Un nouveau canal intégralement en 3D, 100% érotique, vient d’être lancé aujourd’hui (ASTRA 23,5 degrés Est  – 11778.00MHz, vertical, et prochainement Free ?).  Si la consommation de l’érotisme en boite est un acte solitaire, alors les fabricants de TV 3D tiennent probablement là leur « killer app ». Si par contre c’est en couple que l’érotisme se consomme, comme les chaines érotiques ont toujours tenté de nous le faire croire, le port obligatoire de  lunettes 3D disgracieuses et inconfortables va certainement en faire déchanter plus d’un(e)…

 Hugh Hefner (Lapin, laaaapin !)  devrait prochainement se positionner sur ce créneau avec PlayBoy TV

L’erotisme sera-t-il à la TV 3D ce que le téléchargement a été à l’abonnement haut débit ? A suivre de près (mais pas trop tout de même).

Liens

Second Life est-il en train de faire « pschiiiit » ?

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

Mais qu’est il advenu de Second Life ? Plus « personne » n’en parle. Enfin, plus aucun marketeur. Si vous avez des infos, nous sommes preneurs…

Articles

Microworkers, unissez-vous !

Post to Twitter Post to Facebook Post to LinkedIn

En agence nous avons l’habitude de faire appel aux « free »,  ces travailleurs de l’ombre que les annonceurs connaissent pas ou peu. Mais avez-vous entendu parler des « microworkers » ?

Imaginez une armée de travailleurs indépendants, tous ultra-spécialisés avec des expertises parfois banales, parfois rares, et prêts à travailler sur des micro-missions, le tout pour de toutes petites sommes (on parle de quelques €).

Une vidéo d’explication du concept dans ses grandes lignes par une société (microjob.co) proposant ce type de service :

Exemple de mission, présentée comme un exemple sur LE site américain qui sert d’intermédiaire entre « microemployeurs » et les microworkers :

  • Aller sur le site xxx
  • Choisir au hasard un post dans les 8 pages existantes – descendre en bas de page et changer de page
  • Laisser un commentaire sur le post
  • Sélectionner « Poster le commentaire sur Facebook » ou « Poster le commentaire sur Twitter »

Important :

  •  Utiliser un anglais correct (grammaire et orthographe)
  • Copier ici une copie du commentaire
  • Copier ici le post que vous avez commenté
  • Copier le lien vers votre page Facebook ou Twitter

Et hop quelques $ de « bien » gagné !

Le modèle existe également en France, ainsi Justfor5.com se postionne précisement sur ce créneau. Avec des propositions étonnantes donc voici quelques exemples :

 Je peux Vous dire comment pister votre copain / copine, facilement sur l’ordinateur pour 5€



Je peux Vous Retwitter Illimité pendant une semaine pour 5€

et des missions plus « classiques » bien que parfois exotiques :

 Je peux vendre des photos du cantal pour 5€

Je peux faire votre portrait en noir et blanc avec une photo de vous pour 5€

et Justfor5 n’est pas le seul site francophone à exploiter le créneau, il y a microjob.biz et probablement d’autres…

J’avoue ne pas trop savoir quoi penser de ce type de site et de ce marché naissant, en vrac quelques réflexions :

  • Quelle est la base juridique pour déclarer des micropaiements quand on est un microworker ? Du côté fiscal, il ne doit pas y avoir de problème mais du côté URSSAF, cela se joue comment ?
  • Les propositions de missions sont-elles modérées ? En effet certaines semblent parfois être un peu limite…
  • Ya-t-il des microsyndicats pour défendre les droits des microworkers ? Un microMarx brandissant un tout petit eReader contenant une version allégée de l’ebook *Tout sur Le Capital à partir de 5€* ?

Une microréaction avant le Grand Petit Soir ?